Defiscalisation gestion de patrimoine
Publié le 2 Octobre 2017 à 12h35 - 356 vues

Le vin ou l’or rouge, un actif tangible à rendement élevé

Amateurs de vin, dynamisez votre patrimoine d’actifs en vous constituant une cave diversifiée et de qualité. Le vin, encore appelé or rouge, est devenu un des placements favoris des Français depuis déjà plusieurs années. Toutefois, faut-il investir à titre de placement plaisir ou plutôt en confier l’exploitation à des opérateurs spécialisés dans la gestion de caves clés en main ?

Pour l’investisseur averti ou pour l’amateur passionné

L’avantage de placer sa mise dans le vin à titre d’investissement plaisir est généralement recommandé aux amateurs de vin. Ceux-ci ont alors la possibilité de prendre plaisir à consommer les millésimes restés en stock dans le cas où ils n’auraient pas réussi à les revendre et à en dégager de la plus-value. Le vin est certes un placement à risque : pendant la durée de sa conservation, leur valeur peut fluctuer aussi bien à la hausse comme à la baisse. Cela par rapport aux cycles économiques d’une part, et aux mauvaises récoltes dues à une climatologie médiocre d’autre part.

L’investissement en vin auprès d’un gestionnaire de cave clé en main consiste en outre à faire appel aux services de professionnels agréés par l’AMF, ce qui permet relativement de sécuriser le placement. Toutefois, le rendement peut diminuer et afficher un taux annuel de 2%, rentabilité moins performante par rapport à celle générée par les autres placements dits tangibles.

La fiscalité du vin

Le résident fiscal français investissant dans le vin en tant que professionnel est assujetti au paiement d’impôt sur les revenus qui en sont issus. Ceux-ci sont alors classés au même titre que les bénéfices industriels et commerciaux ou BIC. En revanche, dans le cadre d’une simple activité patrimoniale, la fiscalité est relative à l’imposition du particulier. Les plus-values issues de la revente sont taxables. Des exonérations toutefois peuvent être appliquées suivant certains cas, notamment pour les millésimes dont le prix de cession n’excède pas les 5000 euros.

Les publications similaires de "Gestion de patrimoine"

  1. 27 Mars 2017Faire confiance à la finance digitale pour la gestion de votre patrimoine520 vues
  2. 10 Mars 2017Les résidences EHPAD : investir sous le régime Censi-Bouvard513 vues
  3. 27 Oct. 2016Girardin industriel : gare aux arnaques et aux redressements fiscaux631 vues
  4. 10 Juin 2016Investissement locatif : les 5 atouts du Malraux718 vues
  5. 7 Juin 2016La SCPI : Boostez votre épargne en 2016947 vues